Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Arole Lamasse
  • Arole Lamasse
  • : Ne jamais dire que tout est fatalité...Même lorsqu'on croit que tout est fini, notre chemin est toujours parcouru par un plus grand que soi !Je préfère la réalité à la vérité toute faite des autres qui ne s'exprime que dans les discours... mais, je ne cesse point la recherche de ma vérité, cette quête du sens qui permet de trouver la voie de son bonheur, la lumière. (les articles syndicaux ou de politique syndicale sont au titre du syndicat Autonome à la RATP)
  • Contact

Recherche

18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 14:03

Il n'y a pas longtemps, nous avons été nombreux à constater avec étonnement que le tribunal avait enlevé sa représentativité à une organisation syndicale pour des considérations liées aux militants et non au syndicat lui-même.

En effet, la justice a estimé comme un manque d'indépendance le fait pour un des responsables d'être nommé à un poste de responsabilité dans l'entreprise et aussi que certains militants aient relevé le nom de personnels grévistes pour en faire part à la Direction.

Ce jugement est intéressant car sur cette base, beaucoup d'organisations syndicales risquent de disparaître totalement d'une entreprise pour des comportements individuels...

Les critères de représentativité syndicale sont au nombre de 7 et cumulatifs.

Alors, il suffit qu'un seul manque et c'est terminé.

Un responsable syndical exprimant des idées, propos, opinions non républicains ou arborant un tee-shirt, un tatouage déviant et c'est fini...

Cela risque de donner quelques idées de dénonciation au tribunal de certaines personnes qui ne se priveraient pas pour s'inscrire dans ce genre de dispositions.

Effectivement, la représentativité d'un syndicat résulte de sept critères (articles L2121-1 et suivants du Code du travail)

Le respect des valeurs républicaines ;
L'indépendance ;
La transparence financière ;
Une ancienneté minimale de deux ans dans le champ professionnel et géographique couvrant le niveau de négociation. Cette ancienneté s'apprécie à compter de la date de dépôt légal des statuts ;
L'audience établie selon les niveaux de négociation conformément aux articles L 2122-1, L 2122-6 et L 2122-9 ;
L'influence, prioritairement caractérisée par l'activité et l'expérience ;
Les effectifs d'adhérents et les cotisations.
La représentativité peut être contestée devant le Tribunal d'instance.

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 15:21

Incroyable !

Stupéfiant !

Terrible !

Déconcerté par le fait que les salariés de la RATP aient condamné la petite manœuvre consistant à ramper pour venir signer le protocole sur le volontariat 10 jours après l'UNSA RATP, les représentants de FO au Commercial ont cru bon de se justifier aujourd'hui vendredi en réunion Comité CDEP.

C'est ainsi, tranquillement ils ont avancé avoir pris du temps (beaucoup) pour signer car ils étaient en attente de réponse de la Direction sur l'utilisation d'entreprises extérieures lors du RVB RER A.

Des garanties leur ayant été données sur le fait que c'est seulement en réseau de surface que les entreprises extérieures seront utilisées, cela a alors motivé leur signature.

Donc ils seraient pour l'utilisation d'entreprises extérieures au réseau Bus ???

Mon Dieu, quel choc !

Ce serait bon pour une catégorie de personnel et pas pour d'autres selon la formule de FOC.

Nous à l'UNSA RATP c'est sans ambiguïté : pas de salariés extérieurs à la place des agents de la RATP.

Auraient-ils craqué ?

Comment taire ?

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 10:13

C'est parti pour le Tarif unique forfait imagine R.

Le STIF a arrêté le tarif de 333,90€ à partir du 1er septembre.

Le travail des contrôleurs des clients-voyageurs en règle va être simplifié.....

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 08:50

Un article glissé dans le projet de loi sur le dialogue social contrecarre une jurisprudence récente défavorable à la compagnie aérienne.

Le gouvernement se spécialise dans les lois prêt-à-porter pour les grandes entreprises. Après la loi Sephora pour permettre le travail jusqu’à minuit, l’amendement Fnac pour permettre l’ouverture du dimanche, c’est au tour d’Air France d’obtenir des dispositions sur mesure. En catimini et sans aucune discussion dans l’Hémicycle, un article a été ajouté au projet de loi sur le dialogue social adopté mardi soir par l’Assemblée. Il vient contrecarrer une jurisprudence récente gênante pour Air France, à la suite d’une bataille juridique menée par le syndicat SUD aérien.



Le litige, qui remonte à 2012, porte sur les modalités de prise des heures de délégation des élus du personnel et représentants syndicaux du personnel navigant de la compagnie aérienne. Chaque mois, ces élus ou mandatés disposent de quatre, dix ou quinze heures pour exercer leur activité syndicale. Mais, pour ce type de personnel, le fait de poser une ou quelques heures empêche leur embarquement à bord, et entraîne l’annulation de leur service entier. Par une note de 2011 mise en œuvre en janvier 2012, la compagnie a voulu imposer une prise d’heures par journées entières. Même si elle offrait un ou deux jours de délégation en bonus pour faire passer la pilule, ce regroupement forcé des heures entravait la liberté des délégués à organiser et fractionner leur activité syndicale en fonction des besoins et des imprévus. « Pour un délégué qui a quinze heures par mois, cela signifie qu’en deux jours de délégation il a plié son crédit d’heures », pointe Léon Crémieux, du syndicat SUD aérien, qui a porté l’affaire en justice. Après avoir perdu en première instance, le syndicat a obtenu gain de cause devant la cour d’appel de Paris. En mai 2013, celle-ci a estimé que la compagnie violait la liberté syndicale, et lui a ordonné de rétablir le décompte en heures et non en jours. Un arrêt confirmé le 16 avril dernier par la Cour de cassation. Le 18 mai, rebelote, le tribunal de grande instance de Brest a condamné dans les mêmes termes la filiale Hop ! d’Air France.



«Une atteinte flagrante au libre exercice de l’activité syndicale»



Face à cette jurisprudence défavorable, la compagnie semble avoir trouvé très vite une oreille attentive. En commission réunie à l’Assemblée sur le projet de loi sur le dialogue social, les députés socialistes Bruno Le Roux (Seine-Saint-Denis) et Joëlle Huillier (Isère) ont fait glisser un nouvel article, le 7 ter, qui vient régler les problèmes d’Air France. Faisant valoir l’« organisation du travail particulière » de l’aérien, il insère dans le Code des transports une disposition imposant pour le personnel navigant que « sauf accord collectif contraire », le crédit d’heures de délégation soit « regroupé en jours »…



« Cela va m’obliger à venir faire du travail syndical sur mes jours de repos, ou à rester après mon service alors que je me lève à 4 heures du matin », dénonce Sophie Reneux, hôtesse et déléguée SUD aérien basée à Roissy. « Le risque est que ces dispositions soient étendues à d’autres professions », alerte Léon Crémieux. Pour l’avocate du syndicat Marie-Laure Dufresne-Castets, l’article inséré « entre en contradiction avec le Code du travail » et pose un problème de constitutionnalité car « il porte une atteinte flagrante au libre exercice de l’activité syndicale, un droit fondamental garanti par la Constitution ». Le Conseil constitutionnel peut être saisi par soixante députés ou soixante sénateurs qui s’inquiéteraient de la préservation des libertés syndicales.

(Référence : journal Humanité)

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 17:00

Ils finissent par craquer ....

Pour 1200€ c'est parti !

Dispositif volontariat repos contre TS majoré à 25%.



FO au Commercial et CFDT craquent sous la pression et viennent signer en rampant le protocole sur le dispositif volontariat repos.

1 semaine après l'UNSA RATP, ces syndicats viennent signer et donnent raison à l'UNSA RATP : vaut mieux un accord pour plus de ressources internes que rien du tout.

Ce qui aurait laissé la voie totalement libre aux entreprises extérieures.







Nous félicitons FOC et CFDT d'avoir pris 10 jours pour comprendre que l'UNSA RATP avait eu raison d'engager sa signature pour permettre aux agents d'améliorer leur pouvoir d'achat de plus de 1200€ pour au moins 10 jours travaillés.

Ce sont les agents qui sortent grands gagnants de cet accord.

Il va être difficile pour ceux qui disent défendre l'utilisation des resources internes de l'entreprise de défendre devant les salariés pourquoi ils n'ont pas signé au risque de laisser la part belle à l'utilisation d'entreprises externes.

Choisis UNSA RATP : tu auras toujours un coup d'avance camarade !

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 06:57

Incroyable mais vrai !

Avec un salaire de plus de 5000€, un Directeur de ligne, l'une des plus chargées d'Ile-de-France, accuse des salariés qui touchent à peine 1800€ grâce aux primes, notamment de Nuit, d'escroquer les contribuables, de voler le STIF et j'en passe des meilleurs...

"J'en ai rien à foutre !"

"Je suis le patron !"

"Je vais vous casser!"

Etc.

Avec des Directions qui se partagent la grande part du gâteau financier attribué par le STIF aux entreprises de transport pour le service rendu, c'est un peu fort de café !

Au minimum déplacé et au pire inadmissible.

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 06:19

Après une tentative au département Bus avec des intérimaires en lieu et place des machinistes, les agents B1 RATP du département de travail SEM (relation de services et commercial) sont-ils menacés ?

La question reste posée et devient de plus en plus sérieuse car l'entreprise a déjà mis en place des salariés d'entreprises privées pour effectuer des activités de canalisation et pourquoi pas du contrôle demain car ces salariés sont assermentés.

Au mois de juillet débuteront des travaux de rénovation des voies ballast sur le RER A.

Des travaux qui dureront au minimum 7 ans.

Comment éviter l'arrivée massive de salariés du secteur privé sur le réseau en remplacement des agents RATP ?

Il n'existe pas des milliers de solutions.

Soit la Direction embauche en nombre ou met en place un dispositif qui permet aux agents d'être volontaires pour gagner plus d'argent.

L'UNSA RATP défend ardemment l'embauche mais est aussi un syndicat pragmatique.

En ce sens, nous négligeons nullement la mise en place d'un dispositif volontariat de travail sur des journées de repos avec des journées payées en majoration.

C'est dans cette optique que l'UNSA RATP s'est engagée dans le prototocole de travail au volontariat repos contre paiement de la journée à 125%, représentant au moins 120 € en moyenne par journée de travail pour un agent.

Nous n'avons pas fui nos responsabilités tels des lâches.

Mais patratas....

Certaines organisations syndicales ont entamé de sérieuses actions (boycott de signature par exemple) pour empêcher l'application du dispositif.

Force Ouvrière au Commercial dixit FOC et la CFDT RATP à SEM avec les frères jumeaux en leur sein, se seraient engagés au moment où j'écris ces lignes dans cette forme de boycott, consistant à enlever le pain de la bouche des agents RATP et préférant laisser l'argent aux autres venant des entreprises de l'extérieur.

Pour qui roulent ces organisations syndicales ?

Auraient-ils tenté de négocier autre chose avec la Direction et ils se seraient vu opposer un refus catégorique ?

Alors ils sont devenus capricieux....

Le bruit court qu'il en serait ainsi pour une histoire de changement de catégorie pour les petits copains, des points de retraite, le niveau de la compagne de l'un et l'embauche de la fille de l'autre.

Qui dit vrai ?

Où est la vérité !?

Les tableaux d'avancement à venir nous le démonterons avec force et vigueur.

Si cela se confirmait, ce serait moche, degueulasse, honteux !

Oui cette forme de syndicalisme à la réglisse a toute la réprobation de l'UNSA RATP.

Ce syndicalisme du "top là" est scandaleux.

Les salariés sauront avec preuve à l'appui pour qui roulent certains énergumènes qui se disent syndicalistes alors que ce sont des piques -assiettes, des travailleurs du "wouech ma gueule".

Ce qui hier n'était que supposition est devenu aujourd'hui une réalité car si cela demeurait ainsi que FOC et CFDT jouent au boycott de signature, cela voudrait dire qu'ils préfèrent faire voler des cerfs-volants en jouant à cache-cache avec des épouvantails à moineaux que défendre le pouvoir d'achat des salariés.

L'UNSA RATP a déjà prévenu la Direction qu'elle ne laissera pas des entreprises privées faire le travail des agents RATP avec la complicité passive et enfantine des autres.

Ce dispositif de travail volontariat sur des jours de repos payés 125% s'il n'y avait pas de prototocoles devra être mis en place par un relevé de conclusions des échanges et débats sans tarder.

L'UNSA RATP y veillera car quand c'est bon pour les agents, nous sommes là.

Nous n'accepterons pas que la Direction profite de la situation pour faire appel aux entreprises extérieures en quantité importante, sinon ce sont les qualifications des agents qui risquent de disparaître demain.

Rester debout ou disparaître ?

Choisis ton camp camarade !

Rejoins l'UNSA RATP.

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 18:33
UNSA RATP SEM CML SCC s'engage auprès des salariés pour augmenter leur pouvoir d'achat !
UNSA RATP SEM CML SCC s'engage auprès des salariés pour augmenter leur pouvoir d'achat !
UNSA RATP SEM CML SCC s'engage auprès des salariés pour augmenter leur pouvoir d'achat !

Volontariat travail jours de repos contre une journée majorée à 25% c'est environ plus de 1350 € en gain de pouvoir d'achat pour 12 jours travaillés.

Dans un contexte économique contraint, l'UNSA RATP démontre que tout peut devenir possible positivement pour le porte-monnaie du salarié.

C'est avec le soutien de plus 98,99% des délégués et militants UNSA RATP pôle SEM CML SCC que le Délegué de département Kamel Souhili a apposé sa signature sur le protocole.

L'UNSA RATP avant les élections professionnelles avaient dit ce qu'elle allait faire, alors nous le faisons !

Nous nous sommes engagés pour plus de pouvoir d'achat et une meilleure organisation de travail des opérateurs, nous respectons scrupuleusement ce programme.

Une fois de plus, nous serons attentifs quant à la mise en application de ce protocole et serons vigilants sur ceux qui viendront en profiter tout en crachant dans le plat autonome.

UNSA RATP SEM CML SCC s'engage auprès des salariés pour augmenter leur pouvoir d'achat !
Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 11:24
Le Chantage professionnel est interdit et l'UNSA RATP le rappelle à une certaine Direction locale qui persiste et signe !

La Direction locale roule les phares allumés en pleine journée, le Klaxonactionné et refuse de fonctionner normalement.

Certains se croient sûrement au-dessus des lois dans notre pays.

Ils sont décomplexés !

Méditez sur cet échange suivant :

Arole Lamasse délégué syndical UNSA RATP :

Bjr (...) que ce ne soit pas vous qui demandiez aux agents volontaires pour le 21 juin de régler leur écart comptable sous peine de voir leur candidature au volontariat rejetée.
C'est contraire à la Charte de gestion des écarts comptables et totalement compatible à du chantage (...)

A bientôt
Arole Lamasse

Réponse du membre de la Direction :

Bonjour Mr Lamasse,
Il n'y a là aucun chantage.
Simplement les candidatures sont examinés sous l'angle de plusieurs critères dont celui des écarts comptables ceci en accord avec mes collègues des autres secteurs de la ligne 7.
La charte de gestion des écarts comptables est respectée selon moi (...)

Cordialement

Le plus affligeant est de constater que la Direction ne maîtrise même pas ce qu'elle édite comme note !

A aucun moment dans la Charte de gestion des écarts comptables, il est prévu un échange de paiement contre une acceptation de candidature.

Un chantage quoi...

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 12:16

L'arrivée du pass navigo tarif unique va certes représenter un coût financier supplémentaire aux entreprises de transport d'Ile-de-France comme la RATP mais est-ce réellement toute la vérité ?

pas tout à fait...

En effet, les entreprises qui sont assujetties au remboursement pour moitié minimum du prix des titres de transports de leurs salariés bénéficieront de manière automatique de l'économie générée par ce tarif unique.

Exemple :

Aujourd'hui sur un pass qui coûterait 180 €, une entreprise rembourse à son salarié 90 €.

Demain avec un pass unique à 80 €, pour le même salarié, l'entreprise rembourserait 40 €.

Soit une économie pour l'entreprise de 50 €.

Si l'on multiplie ces 50 € par 10.000 salariés, la même entreprise grâce au tarif unique fait une belle économie de 500.000 € en moyenne.

Alors, qui sont les dindons ?

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article

Articles Récents