Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Arole Lamasse
  • Arole Lamasse
  • : Ne jamais dire que tout est fatalité...Même lorsqu'on croit que tout est fini, notre chemin est toujours parcouru par un plus grand que soi !Je préfère la réalité à la vérité toute faite des autres qui ne s'exprime que dans les discours... mais, je ne cesse point la recherche de ma vérité, cette quête du sens qui permet de trouver la voie de son bonheur, la lumière. (les articles syndicaux ou de politique syndicale sont au titre du syndicat Autonome à la RATP)
  • Contact

Recherche

3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 12:34

L'été fut chaud, surtout le mois d'août au niveau de la RATP.

En effet, il a fallu faire face aux travaux RVB sur le RER A.

2016 sera encore plus chaud car l'une des gares les plus importantes comme Chatelet-les-halles devrait être concernée par les travaux.

Ce tour de chauffe a permis de constater comment les salariés du commercial, de contrôle, des stations, des gares, pouvaient se mobiliser et se mettre à la hauteur de l'événement.

On n'a jamais autant croisé d'agents sur le terrain pour aider les clients-voyageurs et leur soulager du désagrément entraîné par la fermeture de certaines gares.

Cette mobilisation sans précédent des agents sur le terrain en activités mobiles contraste avec ce que l'on avait l'habitude de voir lors d'événements exceptionnels ou particuliers au cours desquels la présence de salariés d'entreprises extérieures, d'intérimaires, semblait être plus importante sur le terrain que les propres agents RATP.

Ce n'est pas à la CGT qu'on pourrait dire merci !

En effet si tous les syndicats avaient suivi la position CGT, la Direction n'aurait pas pu avoir recours aux agents B1 RATP en priorité mais à des salariés d'entreprises extérieures en remplacement des agents RATP eux-mêmes.

Alors cherchez l'erreur...

Quand des syndicats se positionnent pour défendre l'emploi d'agents RATP, d'autres se sucent le pouce au nom de quoi ?

Suivez mon regard.

L'UNSA RATP échappe aux chapelles idéologiques et défend avec force et vigueur l'emploi des salariés.

Avec l'UNSA RATP c'est le porte-monnaie des agents qui leur dit merci !

Partager cet article

Repost 0
Published by aroloblog
commenter cet article

commentaires

La fleur 06/09/2015 13:42

ça a été la merde en ligne..plein d'agents ont été volontaires et n'auraient pas eu les compens..d'autres ont été utilisés sur leur service gratos alors qu'ils étaient pas volontaires...A mon sens il faut rester vigilent avec cette direction...plusieurs années de rvb en perspective...de quoi vous faire bosser dans l'intéret des agents encore et toujours!

aroloblog 06/09/2015 18:23

Salut
Ce message est assez intéressant et révélateur des confusions ou des manipulations opérées par les suceurs de pouce.
Depuis quand un salarié qui effectue son service doit être volontaire pour effectuer son activité prévue dans sa fiche de qualification ?
Il faudrait accorder une prime ou compensation à un agent qui effectue son activité pour laquelle il est qualifié...
Dans aucune entreprise du monde, cela ne fonctionne ainsi. Même en iugasaloa cela n'arrive pas.
Dans cette même logique, je demande qu'un salarié qui arrive à l'heure au travail soit primé ou obtienne une compensation parcequ'il n'était pas volontaire pour être à l'heure.
Il est temps que chacun relise sa fiche de poste, son statut, le règlement intérieur, et beaucoup d'incompréhensions seront levées naturellement.
J'ai relu et relu le protocole volontariat et il est inscrit noir sur blanc que c'est sur accord de la Direction sur des jours de repos et NON en cours de service.
D'ailleurs, il est temps que les agents passent leur temps en salle de détente s'ils ne sont pas volontaires à recharger les ADUP par exemple....

trou duc d'élans 03/09/2015 17:55

Environ 150 sans-papiers, qui avaient été évacués, mercredi 24 juin, par le service d'ordre de la CGT de la Bourse du travail, rue Charlot à Paris (3e), ont passé la nuit, installés sur le trottoir en face du bâtiment, sur leurs matelas posés à même le trottoir, entre le fatras de leurs vêtements et autres ustensiles de cuisine, sous l'œil des gendarmes et CRS. "C'est le début d'un nouveau Cachan", a résumé Richard Moyon, membre du Réseau éducation sans frontières, faisant référence au squat géant qui avait eu lieu en 2006 dans le Val-de-Marne. La préfecture de police de Paris a confirmé, mais sans donner de chiffres. Elle a indiqué que des forces de police étaient sur place, ajoutant que "la situation était calme", vers 1 heure du matin.

"ILS ONT GAZÉ TOUT LE MONDE"
Quelque 800 sans-papiers occupaient jour et nuit, depuis quatorze mois, la Bourse du travail. Mercredi, vers 12 h 30, alors que le gros des occupants était, comme chaque mercredi, parti manifester place du Châtelet pour réclamer une régularisation, une quarantaine de "gros bras" de la CGT, "le visage masqué ou cagoulé", arborant des brassards orange, ont débarqué, armés de "bonbonnes de lacrymo", raconte Djibril Diaby, l'un des porte-parole : "Ils ont profité du fait que nous étions peu nombreux. Dès qu'ils sont entrés, ils ont gazé tout le monde. Il a fallu sortir."

Alertée par des voisins, témoins de la scène et craignant que la situation ne dégénère en altercations, la police est arrivée une dizaine de minutes plus tard, mais sans entrer dans le bâtiment. N'ayant pas de réquisition de la Mairie de Paris, propriétaire, elle a pris en main l'évacuation. "Nous avons demandé à pouvoir quand même récupérer nos affaires", relève Djibril Diaby.

La police, qui a interpellé des membres du commando CGT, les a remis en liberté. Sur instruction, semble-t-il. "Après avoir tout tenté par le dialogue, les syndicats CGT ont décidé de mettre fin à cette occupation qui était devenue au fil des jours un squat", justifiait, dans un communiqué diffusé mercredi en fin d'après midi, Patrick Picard, secrétaire général de l'Union départementale de Paris. Il a déploré que "toutes les propositions pourtant très constructives et d'ordre pratique ont été refusées", alors que la CGT est "en première ligne pour la régularisation des travailleurs sans-papiers".
Article du journal le Monde du 25 juin 2009

jean-luc 03/09/2015 17:03

N'oubliez pas qu'il y a quelques années c est le service d' ordre de la CGT qui a expulsé manu-militari avec du gaz les sans papiers à la bourse du travail de république.
Ils ont pas eu besoin de sous traitants là:)
Merci de protéger nos emplois Mr Lamasse

Sylvie 03/09/2015 14:56

décidément ils aiment bien les tours de langue
Après les lécheurs de boule de glace, voilà les suceurs de pouce
Ha ha ha

Articles Récents